Log in

Plus rapide qu’un chasseur. Un train chinois roulant à une vitesse de 4000 km/h

La société aérospatiale chinoise CASIC (China Aerospace Science and Industry Corporation) prévoit de travailler à la conception de trains capables d'accélérer jusqu'à 4,000 kilomètres heure. Le système de transport HyperFlight est un train sur un coussin magnétique qui se déplace dans un tunnel sous basse pression.

Mots-clés associés

Namibie : Simon Petrus fabrique un téléphone sans fil, sans SIM et sans crédit

Il y’a un an, et à seulement 19 ans, Simon Petrus  laissait son empreinte sur la technologie moderne… peut-être sans le savoir. Le jeune Namibien a inventé un téléphone sans fil, sans carte SIM et plus important encore, sans crédit.

Avec seulement quelques objets quelconques récupérés ça et là, Simon Petrus a pu réaliser cette merveille technologique. Pièces de rechange de téléphone, composants de téléviseur, ampoules, carcasses de chargeurs et le téléphone qui ne nécessite ni fil, ni carte SIM, ni crédit de communication voit le jour. Coût de production, 146 dollars.

Pourtant l’oeuvre du jeune Namibien de 19 ans est bien adaptée aux besoins de l’Afrique où le taux d‘électrification et le pouvoir d’achat restent encore faible. Ce téléphone, de fait, peut capter des appels grâce à des fréquences radio, donc pas besoin de dépenser en crédit de communication. Mieux, il est possible de capter une chaîne de télévision locale.

Le gadget aurait déjà suscité l’intérêt de certains investisseurs qui aimeraient davantage le développer.


Mots-clés associés

Des robots-bateaux autonomes voguent désormais en Chine pour empêcher les noyades

Les secours du lac Tian'e, dans l'est de la Chine, peuvent désormais compter sur l'aide de bateaux autonomes. Capables de réaliser le travail d'une dizaine de sauveteurs humains, ces drones flottants ont été conçus pour éviter les noyades.

Depuis l'hiver dernier, des robots aux airs de bateaux arpentent les eaux d'un grand lac chinois particulièrement dangereux pour les nageurs. Dans le lac Tian'e, à Hefei, dans l'est de la Chine, ces véhicules maritimes autonomes embarquent GPS, caméras ainsi que capteurs acoustiques et infrarouges avant d'être mis à l'eau. Objectif : assister les secours dans ce lieu très touristique, qui accueille des centaines de personnes lors de périodes estivales.

L'année dernière, 15 personnes se sont noyées dans le lac Tian'e, selon l'agence de presse China Daily. Depuis l'inauguration du lac en 2004, 66 personnes y ont trouvé la mort. Ces nouveaux robots parcourent le lac depuis le 3 juillet dernier et seront accompagnés de vingt capteurs optiques et infrarouges, installés aux abords du lac, pour mener à bien leur mission. Un émetteur radio a également été installé le long des rives pour quadriller ce secteur de 70 hectares. Les véhicules sont ainsi capables d'alerter les nageurs qui s'approchent des zones dangereuses et de transmettre leur localisation aux sauveteurs.

En cas de problème, les nageurs qui parviendraient à s'agripper au bateau pourront également être sauvés. "Si quelqu'un lutte pour ne pas se noyer, le robot de patrouille peut utiliser un sonar et un détecteur sous-marin pour traquer la localisation du nageur et appeler les secours", explique Wang Xu, directeur général de la police de Hefei à la presse locale.


En plus des robots, les secours chargés du lac Tian'e sont équipés de trois drones destinés à envoyer des gilets de sauvetage, des médicaments et de la nourriture aux personnes en danger.


Aucune personne ne s'est noyée depuis novembre dernier, date à laquelle les robots ont été dispersés sur le lac, selon Zhang Bao, directeur général adjoint chez Anhui CAS-Huacheng Intelligent Technologyn, l'entreprise qui a développé ces véhicules autonomes.

Les embarcations autonomes sont en plein développement en Chine, particulièrement dans le domaine militaire. Le gouvernement teste actuellement des bateaux autonomes sur le Delta de la rivière des Perles dans le sud du pays, tandis que des véhicules de patrouille maritimes pour l'armée viennent d'être développés. Dans d'autres pays la tendance se confirme également, comme au sein de la marine britannique, la UK Royal Navy, et en Irlande, où les autorités déploient des drones autonomes pour mener des opérations de sauvetage le long de la côte atlantique. En Grèce aussi, un robot est utilisé pour secourir les migrants en Méditerranée.

"À l'avenir, la plupart des sauveteurs seront remplacés par des robots", affirme Zhang Bao. "Les bateaux peuvent être utilisés pour patrouiller sur les rivières, les lacs et les mers, et pas seulement à des fins sécuritaires. Ils peuvent aussi être utilisés pour analyser l'environnement et récolter des données."

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Mots-clés associés