Log in

Twitter achète une startup londonienne utilisant l'IA pour détecter les "fausses informations"

Alors que le Ghana se dote d’un nouveau centre d’intelligence artificielle, c’est Twitter qui vient d’acheter une startup londonienne qui utilise l'intelligence artificielle pour détecter les “fake news” ou "fausses informations”.

En effet depuis de nombreuses années, ce problème des fausses informations est récurrents sur internet et notamment sur les réseaux sociaux. De nombreuses enquêtes ont démontrées que l’utilisation de faux comptes et la diffusion de fausses informations avait eu un rôle important dans les campagnes menant aux élections de différents candidats partout dans le monde ainsi que dans certains votes, comme le Brexit avec le scandale de Cambridge Analytics.

Le réseau social a déclaré que la société britannique Fabula l'aidera à "améliorer la santé de la conversation" et qu'elle œuvrerait également à l'avenir pour lutter contre le spam et les abus en tout genre.

Twitter a été critiqué à la fois pour n'avoir pas empêché les utilisateurs d'être expulsés du site après des messages abusifs et pour avoir effacé les comptes de personnalités de droite, les républicains se plaignant que Twitter ait un parti pris contre eux.

Les critiques ont également suggéré que le format du réseau social, qui implique des messages publics courts, encourage la grossièreté et supprime les nuances des débats.

Comme sur d'autres sites de médias sociaux, les publications fabriquées ou exagérées censées devenir virales ont été un problème sur Twitter, les utilisateurs publiant des vidéos ou des images avec de fausses descriptions à des fins politiques ou promotionnelles.

Fabula utilise l'apprentissage automatique pour analyser le comportement, y compris les tweets, les likes et les retweets, afin d'aider le réseau social à créer un “plan” des relations et des interactions sur la toile.

La société a été l’un des pionniers de «l’apprentissage en profondeur géométrique», qui permet l’analyse de structures complexes telles que les réseaux sociaux. Sa technologie peut détecter des tendances dans la manière dont l'information circule sur le site et peut utiliser cette analyse pour détecter son authenticité.

"Cet investissement stratégique dans la recherche, la technologie et les talents en matière d'apprentissage en profondeur des graphes constituera un facteur clé pour aider les personnes à se sentir en sécurité sur Twitter et à voir des informations pertinentes", a déclaré Parag Agrawal, directeur technique de Twitter.

Les conditions financières de l’accord n’ont pas été dévoilées, mais le cofondateur de Fabula, Michael Bronstein, qui est également président de l’apprentissage automatique et de la reconnaissance des formes à l’Imperial College, rejoindra Twitter en tant que responsable de la recherche sur l’apprentissage en profondeur.

Ce n'est pas la première fois que la Silicon Valley s'est tournée vers le Royaume-Uni pour faire appel à l'expertise en IA. L'année dernière, Facebook a acheté Bloomsbury AI, basée à Londres, pour rejoindre son propre projet d'apprentissage automatique.

 

Dernière modification le vendredi, 14 juin 2019 08:46