Log in

Une mise en scène haute en couleur pour le nouveau "Tintin au Pays des Soviets"

  • Ecrit par Belga
  • Publié dans Culture

"Tintin au Pays des Soviets", le premier album des aventures de Tintin, sort dans une version colorisée mercredi. L'album était le seul de la série à être resté jusqu'à aujourd'hui en noir et blanc.

Moulinsart, la société gérant les droits de l'œuvre d'Hergé, et la maison d'édition Casterman ont fait les choses en grand pour cette publication qui intervient après un week-end où le jeune héros a été mis à l'honneur, avec des mises en scène à Bruxelles et au Musée Hergé à Louvain-la-Neuve. Mardi marquera en outre le 88e anniversaire de la première apparition de Tintin dans Le Petit Vingtième.

Longtemps resté dans l'oubli après un premier tirage à 10.000 exemplaires en 1930, l'album avait été réédité par Casterman en 1973 dans les Archives Hergé. Mais il avait toujours conservé son noir et blanc d'origine alors qu'Hergé et ses studios étaient passés à la couleur dès 1942. Les albums publiés avant '42 allaient être colorisés dans la foulée, les Soviets restant l'exception. Jusqu'à ce mercredi.

"La mise en couleurs a été confiée, dans le cadre des Studios Hergé, à Michel Bareau, assisté de Nadège Rombaux. Cette colorisation amplifie la lisibilité du récit, la clarté des dessins et surprend par sa modernité, comme s'il s'agissait d'un nouvel album", estiment les éditions Moulinsart et Casterman.

"Au bout du compte, la démarche est bien entendu commerciale et vise à mettre sur le marché un nouvel album de Tintin à défaut de pouvoir écrire une nouvelle aventure", commente Daniel Couvreur, chef de la culture au journal Le Soir, non sans saluer le résultat final et "l'audace" de Michel Bareau.

Le spécialiste de la bande dessinée au Soir estime également qu'une telle démarche devrait contribuer à rendre le titre plus accessible. "La couleur permettra de faire entrer de nouveaux lecteurs dans un album qui appartient à la préhistoire de la bande dessinée, ce qui serait en soi un exploit au siècle des tablettes et des jeux vidéos", a-t-il ajouté.

Pas une trahison
Michel Bareau a, lui, répondu aux éventuels reproches d'un public qui estimerait que l'œuvre du géniteur n'a pas été respectée. "Il ne s'agit pas d'une trahison. Cet album n'est pas intégré à la série Tintin classique. On s'est mis derrière l'œuvre d'Hergé. On l'a rehaussée mais on ne l'a pas modifiée", explique-t-il, ajoutant qu'il n'y a pas de changement d'action mais de tonalité. "Les tons sont rendus plus doux et la technique permet également de mettre en valeur les deux seuls éléments de l'œuvre qui restent en blanc: les phylactères et Milou." Le fidèle compagnon de Tintin "explose ainsi dans son caractère facétieux et se montre même coquet", souligne M. Bareau.

La version en noir et blanc des "Soviets" a été écoulée à 2,2 millions d'exemplaires de par le monde. Ces trois dernières années, le titre s'est même hissé dans le top 10 des meilleures ventes d'albums Tintin. Casterman espère écouler 500.000 exemplaires de la nouvelle version, rien qu'en 2017, soit le nombre d'albums Tintin vendus en langue française chaque année.

La version standard compte 144 pages et est vendue à 14,95 euros. Elle a été traduite jusqu'à présent uniquement en néerlandais (20.000 exemplaires).