Log in

La police utilise un serpent pour obtenir des aveux des suspects

  • Ecrit par Beninwebtv
  • Publié dans Faits Divers

Pour obtenir des aveux de la part d’un individu qui aurait volé des téléphones portables, des officiers de polices ont drapé un serpent autour du cou du suspect.

Les autorités ont annoncé des mesures disciplinaires contre ces officiers de police pour avoir exagéré à ce point.

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, on peut voir un homme, soupçonné d’être un pickpocket criant, les mains menottées derrière le dos, et le serpent autour du cou. Pendant que ce dernier hurlait et essayait d’éviter une éventuelle morsure du reptile, le policier l’interrogeait en ces termes : « Combien de fois as-tu volé des téléphones mobiles ? » « Juste deux fois », répond le prévenu. Le policier semble vouloir placer le serpent dans la bouche du suspect, et ses collègues se mettent à rire, selon la vidéo qui n’est pas datée.

    Ternyata penggunaan ular untuk interogasi orang Papua yang ditangkap cukup marak. Terakhir yang diketahui adalah terhadap Sam Lokon anggota KNPB. Video ini kabarnya di Wamena.

    Snakes are reported being used against West Papuans for interrogation. pic.twitter.com/Rf72r9oJMO

    — Veronica Koman (@VeronicaKoman) February 8, 2019

Le porte-parole de la police a indiqué que cette méthode était souvent utilisée par les forces de l’ordre pour obtenir des aveux. « Lorsque le suspect a été interrogé, il était très difficile d’obtenir ses aveux. L’enquêteur a pris l’initiative de faire venir un serpent qu’il gardait à la maison pour lui faire peur », a-t-il indiqué, soulignant que « le résultat a été positif, et le suspect a avoué avoir pris le téléphone portable de la victime qui se trouvait au poste de police à ce moment-là ».

Cependant, le porte-parole de la police a confirmé qu’un policier est actuellement interrogé par la division des affaires internes de la police de Papouasie. Tonny Ananda Swadaya, le chef de la police du district de Jayawijaya, où s’est produit l’incident, a promis de travailler « de façon plus professionnelle à l’avenir ». Il a présenté des excuses dans un communiqué et a précisé que le suspect n’avait pas été mis en danger. « Le serpent était apprivoisé et n’était pas venimeux ou dangereux », soutient-il.