Log in

Côte d'Ivoire : Une élève de 3ème torturée, violée et assassinée

  • Ecrit par 
  • Publié dans Société

Qu'est-ce que la jeune Touré Fanta, élève en classe de 3ème, au lycée moderne de Grand-Bassam, ville où elle vit avec ses parents, a-t-elle pu faire à de tristes individus qu'on ne pourrait pas se permettre d'appeler êtres humains ?

Ces sauvages, c'est peu dire, qui l'ont tuée, non sans lui faire subir des sévices corporels.

 D'atroces sévices corporels, dignes de la première guerre mondiale, où certains combattants usaient de tous les moyens, surtout peu orthodoxes, pour faire parler l'ennemi. En effet, à en croire nos sources, le mardi 21 mars 2017, il est environ 21h, quand l'élève part de la maison familiale. Mais avant, elle motive sa sortie par une visite à une amie. Puis d'ajouter qu'elle sera de retour sous peu. Oui, les siens sont rassurés qu'elle ne va effectivement pas tarder à rentrer. Vu que sa tenue vestimentaire, en tout cas, ne cadre pas avec une belle et longue virée nocturne. Fanta n'est vêtue que d'un morceau de pagne noué à la taille et d'une simple camisole. Son cou, elle le protège du froid, avec une écharpe. Mais beaucoup plus tard, les heures passent et nous sommes maintenant au-delà de minuit, sans que l'élève ne soit de retour à la maison.


Nous voilà à présent à l'aube. Toujours pas de présence de Fanta à la maison. Et de plus, elle n'est pas du tout joignable sur son téléphone-portable. Ce qui en rajoute à l'angoisse de ses parents, contraints à une nuit blanche. Qu'est-il bien arrivé à leur fille ? C'est la question que les malheureux géniteurs se posent. Une question hélas, à laquelle ils n'ont aucune réponse. A peine le jour se lève-t-il, que T.A., le père, quitte la maison et fonce directement à la brigade de gendarmerie de la ville et y explique la disparition de sa fille.

Sorti de là, il se déporte également au commissariat de police et signale les mêmes faits. Une information judiciaire est ouverte et des recherches engagées. Les choses en sont là, quand aux alentours de 13h, ce mercredi-là, une rumeur s'empare de la ville de Grand-Bassam. Une rumeur faisant état de la découverte du corps sans vie d'une jeune fille, dans une maison inachevée au quartier « Phare 2 ». Au nombre des personnes qui accourent vers les lieux, dans l'espoir d'assouvir leur curiosité, figurent T.A., chauffeur et père de la portée disparue. Sur les lieux, l'infortuné joue des coudes parmi les nombreux badauds et se retrouve dans la maison inachevée. Hélas, ce qui se disait, n'était pas une rumeur. C'est une triste réalité. Il s'agit bel et bien du corps sans vie d’une jeune fille. Et bien plus, de sa petite Fanta.

Le malheureux papa s'effondre. Il ne peut contenir sa douleur. Surtout, en voyant l'état dans lequel se trouve le corps de sa fille. La lycéenne est, en effet, carrément nue. Son morceau de pagne, sa camisole, son soutien-gorge, son écharpe et son slip, balancés hors de la maison inachevée par ses bourreaux. Bourreaux qui n'ont pas manqué de la soumettre à un viol collectif, avant de l'assassiner en lui brisant quasiment la tête. Le menton est lui aussi dans un état horrible. Et ce n'est pas tout. Les auteurs de la sauvage mise à mort se sont trouvés des talents d’ignobles bourreaux. Ils ont en effet torturé la lycéenne, en usant d’un objet chauffé à blanc, pour lui brûler les seins, les bras, les cuisses et le ventre

. Informés de la découverte insupportable, les agents des forces de l'ordre arrivent sur les lieux et procèdent au constat d'usage. Après quoi, le corps de l'élève est enlevé par les services des pompes funèbres. Mais qui sont les auteurs de cet ignoble crime ? Qu'est-ce que Fanta a bien pu leur faire, pour qu'ils la torturent de cette façon ? Pourquoi lui avoir donné une mort aussi douloureuse et atroce ? En tout cas, les enquêteurs de la police sont à pied d’œuvre, pour trouver des réponses à ces préoccupations concernant ce crime, qui révolte plus d'un dans la cité balnéaire. Notamment, les élèves qui ont piqué un coup de sang et exprimé leur colère. Lire la suite sur linfodrome.com