Log in

Quatre sorciers aimant la chaire humaine condamnés à une lourde peine de prison en Côte d'Ivoire : Voici comment ils opéraient ( Leurs noms)

  • Ecrit par www.afrique-sur7.fr
  • Publié dans Société

À Danané, quatre individus désignés comme des sorciers ont écopé de deux ans de prison ferme, assortis d'une amende de 100 000 francs CFA, a-t-on appris auprès de l' Agence ivoirienne de presse (AIP).
Des sorciers se retrouvent des barreaux

Une affaire rocambolesque mettant en scène quatre sorciers s'est déroulée à Danané, à l'Ouest de la Côte d' Ivoire. En effet, rapporte l' Agence ivoirienne de presse, Gueu Oulaï César, dame Kpan Gouli Florence, Gueu Bieu Didier et Tan Alexis ont un point commun : ils appartiennent à la même confrérie de sorciers. Ces quatre individus ressortissants de Véguiné, dans la sous-préfecture de Zonneu, adorent la chair humaine, dit-on.

Dans le but de connaître une promotion, Gueu Oulaï César, le chef de cette confrérie de sorciers, demande à chaque de membre de livrer des proches, confie notre source. Il faut sacrifier quatre personnes pour gravir les échelons, a assuré le meneur de cette coalition de mangeurs d'âmes.

Dame Kpan Gouli Florence s'exécute en livrant ses quatre enfants. Selon l' AIP, depuis maintenant deux ans, la sorcière attend sa promotion. Mais Gueu Oulaï ne semble pas presser de faire monter dame Kpan en grade. Cette dernière, se sentant trahie, elle ose porter plainte devant les tribunaux pour réclamer sa promotion qui tarde à arriver. Elle dénonce ses "collègues". Cependant, au tribunal, le sieur Oulaï ne reconnait pas les faits et nie son appartenance à ce clan de sorciers. Il avait pourtant tout avoué pendant l'enquête préliminaire. Gueu Bi Didier et Tan Alexis n'ont pas fait de difficulté pour passer à table. Ces deux sorciers ont reconnu être adeptes de la magie noire.

À en croire l' Agence ivoirienne de presse, au cours du procès, le procureur avait demandé à la cour de condamner les quatre sorciers à cinq ans de prison ferme. Mais le tribunal a consenti à leur infliger la peine de deux ans de prison ferme et une amende individuelle de 100 000 francs CFA.