Log in

Côte d'Ivoire : Un agent de mairie tué de plusieurs coups de machette en plein visage

  • Ecrit par Linfodrome
  • Publié dans Société

Le malheureux a reçu plusieurs coups de machette



Un crime pour le moins odieux, dont les contours demeurent, pour l'heure, tout aussi opaques, a été commis à quelques encablures d'Agbéssou, campement de la commune de Bouaflé. La victime est Tra Bi Tra Michel, agent au service technique de la mairie.

En effet, pour ce qu'il nous est rapporté par nos sources, il revient que, profitant de la journée dominicale du 20 janvier 2019, Tra Bi Tra Michel enfourche son vélo et se rend dans son champ. Ce, pour y déterrer des ignames à consommer par lui et sa famille. L'agent de mairie est donc sensé être de retour sous peu.

Mais plus tard, jusqu'à la nuit tombée, l'homme n'est toujours pas de retour. C'est inhabituel de sa part. Ce qui pousse les siens à aller à sa recherche. A cet effet, ils se déportent dans son champ. Malheureusement, sur place, l'obscurité totale rend les recherches difficiles. Ainsi, après une battue infructueuse, tous rentrent à la maison, dans l'anxiété totale.

Très tôt le lundi matin, après une nuit blanche, tous retournent sur les lieux et reprennent à nouveau les recherches. Et c'est là, qu'ils découvrent l'horreur. Le corps sans vie de l'agent de mairie, affreusement mutilé à la machette. Notamment, au visage portant d'effroyables et multiples traces de l'arme blanche.

Près du corps sans vie, traînent au sol, les biens de la victime. A savoir, son vélo, son bidon d’eau et un tas d’igname. C'est le choc au sein des membres de sa famille, qui ne peuvent contenir leur peine, devant cette terrible découverte.

Informés du drame, des agents de police se rendent sur les lieux, et procèdent à un constat d'usage. Cela fait, ils font appel aux services des pompes funèbres qui enlèvent la dépouille et vont la déposer à la morgue.

Mais qui donc a tué l'agent de mairie de cette sauvage façon ? Et quel peut être le mobile de l'ignoble acte criminel ? L'enquête de la police s'occupe de trouver des éléments de réponse à ces questions importantes.

En attendant, il convient de rappeler qu'en moins d'un mois seulement, c'est le second crime du genre, commis à Bouaflé. Le précédent était le meurtre d'un acheteur d'or, également découpé à la machette.