Log in

Jeff Sessions est officiellement le nouveau visage de la Justice américaine

Le sénateur de l'Alabama Jeff Sessions a été confirmé mercredi par le Sénat américain au poste de ministre de la Justice de Donald Trump, dont il a largement inspiré la politique anti-immigration.

Les sénateurs ont voté par 52 voix contre 47 en faveur de ce fidèle du président Trump, la quasi-totalité du groupe démocrate votant non. La majorité républicaine a fait bloc autour de sa nomination, qui avait été annoncée le 18 novembre dernier.

Cet ultra-conservateur de 70 ans aux yeux clairs et cheveux blancs soigneusement coiffés fut le premier sénateur à se rallier au candidat Donald Trump pendant les primaires de 2016, et il se voit remercier par l'un des postes-clés du gouvernement.

La défense des droits civiques et notamment le droit de vote des Noirs, a été au coeur du débat autour de Jeff Sessions, rattrapé par de vieux propos considérés comme racistes par les démocrates et plusieurs militants des droits des minorités.

A l'inverse, les républicains estiment que l'arrivée de cet ancien procureur permettra le retour à "une institution qui croit en l'Etat de droit et le fait respecter, au-dessus des considérations politiques", a déclaré le républicain John Cornyn.

Et de six
L'"Attorney General" supervise le FBI (police fédérale), les 93 procureurs fédéraux répartis aux Etats-Unis, ainsi que le Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF), l'administration pénitentiaire, le Marshals Service (USMS), spécialisé dans la recherche des fugitifs, et l'agence de la lutte antidrogue (DEA).

Il est le sixième membre du "cabinet" présidentiel à avoir été confirmé à ce jour, sur 15, la minorité démocrate du Sénat usant de tous les moyens dilatoires pour retarder les confirmations.

Jeff Sessions succède à Loretta Lynch, qui avait quitté ses fonctions avant que Donald Trump n'arrive au pouvoir. L'intérim était assuré par Dana Boente, qui avait lui-même remplacé Sally Yates, une responsable nommée par Barack Obama et qui avait été limogée par Donald Trump le 30 janvier.