Log in

Invité au 25ème anniversaire du génocide Rwandais, Emmanuel Macron décline l’offre du Rwanda

Près d'un quart de siècle plus tard, le rôle joué par la France au Rwanda reste encore un sujet hautement polémique, objet de tensions récurrentes entre Paris et Kigali.



Invité par Paul Kagamé, le président Rwandais pour la cérémonie marquant le 25ème anniversaire du génocide Rwandais, Emmanuel Macron, le président Français ne se rendra pas au Rwanda comme souhaité par Kigali. Il a en effet, décidé de se faire représenter par un député de la République en Marche Hervé Berville, un orphelin tutsi. L’annonce a été faite jeudi par l’Elysée.

« Le président de la République a été sensible à l’invitation mais il ne pourra pas s’y rendre, il a donc désigné le député des Côtes-d’Armor, Hervé Berville, pour le représenter. La France sera aux côtés du Rwanda dans ce moment de deuil et de recueillement.», indique le communiqué produit par l’Elysée dont le confrère France 24 a reçu copie.

Les relations entre la France et le Rwanda ont traversé plusieurs zones de turbulences ces dernières décennies, empoisonnées par la question du rôle joué par Paris lors du génocide des Tutsis en 1994. A ce jour, Nicolas Sarkozy est le seul président français à s’être rendu au Rwanda, en février 2010.

Le président Rwandais Paul Kagamé a notamment accusé en 2014 la France d’avoir participé à ces massacres qui ont fait selon l’Onu 800.000 morts. Des accusations rejetées par les autorités françaises. En mai 2018, à l’occasion de la visite de Paul Kagamé à Paris, Emmanuel Macron avait exprimé le souhait de nouer une relation pragmatique avec Kigali mais avait écarté dans l’immédiat un retour d’un ambassadeur français au Rwanda, reconnaissant que la normalisation prendrait du temps. L’invitation du Rwanda perçu comme le début du réchauffement des relations entre Paris et Kigali ne pourra finalement pas avoir lieu.

Près d'un quart de siècle plus tard, le rôle joué par la France au Rwanda reste encore un sujet hautement polémique, objet de tensions récurrentes entre Paris et Kigali. Espérons qu’une autre occasion permettra à Emmanuel Macron de se rendre au Rwanda pour réchauffer les relations entre les deux pays qui demeurent jusque-là glaciales.