Log in

Union africaine : Paul Kagamé cède la présidence à, l’Egyptien, Abdel Fattah al-Sissi

Le président Al-Sissi d'Egypte désormais aux commandes de l'UA cédées par le Rwandais, Paul Kagamé.



Le 32ème sommet de l’Union africaine s’est ouvert avec un changement à la tête de l’instance continentale suite à la fin du mandat du président rwandais, Paul Kagamé, qui a passé la main à l’Egytptien, Abdel Fattah al-Sissi.

La présidence de l’Union africaine vient de changer de main. Le Rwandais, Paul Kagamé, en fin de mandat, a passé le témoin à son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, qui a pris les commandes de l’Organisation panafricaine, à l’ouverture de son 32ème sommet en cours depuis le samedi 9 février 2019, à son siège à Addis-Abeba.

Avant que l‘Egypte n’entame sa présidence, son successeur est déjà connu. Il s’agit de l’Afrique du Sud désignée par ses pairs pour prendre les rênes de l’Union au prochain sommet ordinaire prévu en début d’année 2020. Elle l’aura emporté sur l’Etat de l’Eswatini (ex-Swaziland), qui a candidaté à cet effet.

Aussitôt choisi, la composition du Bureau que dirige désormais le président égyptien été rendue publique. Ce Bureau comporte une grande surprise. Il s’agit de la désignation du tout nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, qui se retrouve au poste de 2ème vice-président de l’UA à sa première participation au sommet de ladite instance.

Juste avant lui, dans le fauteuil de 1er vice-président, le sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui devra prendre le fauteuil de président s’il a la chance d’être confirmé à son poste à l’issue des élections générales prévues cette année.

Pour le compte de l’Afrique de l’ouest, Issoufou Mahamadou, qui représente cette région en qualité de 3ème vice-président quand Paul Kagamé part et reste dans le Bureau en tant que 4ème vice-président de Abdel Fattah al-Sissi.

Notons que de grandes questions ont été abordées au cours de ce sommet qui a vu la participation du Secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres. Il s’agit, notamment du phénomène crucial des mouvements de migration en Afrique, mais aussi de la lutte contre le terrorisme dans le sahel.