Log in

France : Les gilets jaunes demandent l'aide du général de Villiers

  • Ecrit par francais.rt.com
  • Publié dans Le monde en bref

Les Gilets jaunes portent de nombreuses revendications, mais il en est une qui revient de plus en plus souvent : la démission du gouvernement.

Un porte-parole a même émis une suggestion : remplacer Edouard Philippe par le général de Villiers.

Interrogé par Europe 1 ce 3 décembre, Christophe Chalençon, porte-parole des Gilets jaunes dans le Vaucluse, a demandé la «démission du gouvernement actuel» d'Edouard Philippe et la nomination du général de Villiers à son poste : «Moi, je verrais bien un général de Villiers à la tête du gouvernement. Il a servi la France de gauche ou de droite. Aujourd'hui, c'est un homme de poigne qu'il faut à la tête du gouvernement.» Et le porte-parole – dont des déclarations controversées sur les réseaux sociaux ont été épinglées par France Soir – de préciser : «Nous demandons à avoir un véritable commandant, c'est-à-dire une femme ou un homme qui va prendre au sérieux le devenir de la France.»

L'ancien chef d'état-major des armées (CEMA) Pierre de Villiers avait démissionné le 19 juillet 2017 après avoir manifesté des désaccords avec Emmanuel Macron, notamment sur le budget alloué aux armées. Le CEMA avait critiqué les économies que souhaitait réaliser le gouvernement en réclamant 850 millions d'euros aux armées. Cette démission avait constitué la première crise de la présidence Macron, qui envoyait ainsi un signal négatif aux forces de sécurité.

Pierre de Villiers, frère de l'ancien chef de file du Mouvement pour la France (MPF) Philippe de Villiers, a été remplacé à son poste par le général François Lecointre. C'est la première démission à ce poste dans toute l'histoire de la Cinquième République.

 Matignon a annoncé dans un communiqué ce 3 décembre que le Premier ministre Edouard Philippe recevrait le lendemain dans l'après-midi un collectif de Gilets jaunes prêt à discuter avec l'exécutif. Ce mouvement citoyen, à l'origine de plusieurs mobilisations nationales, s'oppose notamment à la hausse des taxes sur les carburants.