Log in

Isaac Zida : " La gouvernance de Kaboré est pire que tout ce que le Burkina a connu jusqu’à présent "

L’ex-Premier ministre burkinabè Yacouba Isaac Zida, en exil au Canada depuis 2016, a estimé que la gouvernance du président Roch Kaboré est “pire que tout ce que le Burkina a connu jusqu’à présent” et déploré “l’échec de la réconciliation nationale”, lors d’une interview publiée dans le dernier numéro de Jeune Afrique.

Mots-clés associés

Des manifestants arrêtés à Dakar suite à l'affaire Petro Tim au Sénégal : Les contrats sont entachés de corruption, selon une enquête de la BBC.

Les forces de l'ordre ont empêché la manifestation organisée par l'opposition et des mouvements de la société civile pour dénoncer l'implication d'Aliou Sall, frère du président du Sénégal, dans des contrats d'exploitation des réserves de gaz et de pétrole du pays.

Mots-clés associés

Burkina Faso : 19 personnes tuées dans une attaque terroriste à Arbinda

Dix-neuf morts et 13 blessés ont été enregistrés suite à une attaque terroriste à Arbinda (province du Soum, région du Sahel au Burkina Faso) ce dimanche 9 juin 2019, par des groupes armés dans la ville et des villages environnants, selon un bilan officiel du ministère de la Défense communiqué lundi soir.  

Mots-clés associés

Mali: Au moins 95 personnes tuées dans l'attaque d'un village dogon

Des hommes armés ont attaqué le village dogon de Sobanou situé à 26 kilomètres de la commune de Sangha, cercle de Bandiagara, dans le centre du Mali, dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin 2019. Les premiers bilans font état de 95 morts.

Une centaine de personnes ont péri dans la nuit de dimanche à lundi au cours de l'attaque de Sobanou, un village dogon dans le centre du Mali.

« Nous avons pour le moment 95 civils tués, les corps sont calcinés, nous continuons de chercher des corps », a déclaré sous le couvert de l'anonymat un élu de la commune de Koundou (cercle de Koro), où se situe ce village de quelque 300 habitants.

« C'est un village dogon qui a été quasiment rasé », a pour sa part indiqué une source sécuritaire malienne se trouvant sur place, confirmant un bilan provisoire de 95 tués.

Les violences entre membres de l'ethnie Dogon, pratiquant majoritairement l'agriculture, et les Peuls, traditionnellement éleveurs, ont fait des centaines de morts depuis le début de l'année au Mali.

Le massacre de plus de 150 Peuls fin mars non loin de la ville de Bankass (centre), l'attaque la plus meurtrière dans l'histoire récente du Mali, a entraîné en avril la démission du gouvernement de Soumeylou Boubeye Maiga.