Log in

Voici le discours de Billon qui a mis Kandia Camara en colère

  • Ecrit par www.ivoiresoir.net
  • Publié dans Côte d'Ivoire

Nous vous proposons, en exclusivité, l’intégralité du discours de Billon, prononcé le samedi 10 mars 2018 et qui a mis en colère Kandia Camara. Cette dernière a répondu, le dimanche 11 mars suivant que « Jean-Louis Billon est un militant alimentaire, un aigri ».



Toutes les composantes du parti sont réunies aujourd’hui à Yamoussoukro. Les militants sont venus de partout, de tous les coins et recoins de la Côte d’Ivoire. Ils ont voulu être présents à ce rendez-vous pour rendre hommage au président Henri Konan Bédié et au PDCI-RDA. Nous sommes à Yamoussoukro, capitale de la Côte d’Ivoire, terre du père du RDA, le Rassemblement démocratique africain, terre du père du PDCI-RDA, terre du père de la Nation ivoirienne, capitale de la Côte d’Ivoire, cœur de la Côte d’Ivoire.
Véritable artisan du développement et de la paix

Madame la présidente, (Henriette Konan Bédié, présidente de la fondation Servir, qui représentait son époux, absent, NDLR), nous sommes réunis pour vous rendre hommage, pour l’homme d’Etat qu’est le Président Henri Konan Bédié, véritable artisan du développement et de la paix. Mes prédécesseurs l’ont dit, véritable artisan de ce que nous avons appelé, en son temps, le miracle économique ivoirien. Nous, nous avons bénéficié de ce miracle. Celui qui vous parle est au départ un fruit de l’école publique ivoirienne. L’école gratuite, j’étais en pensionnat, nourri, logé, blanchi, éduqué par la nation ivoirienne gratuitement.

    Et lorsque nous disons que l’école était gratuite, elle était véritablement gratuite. Lorsque nous disons que la santé était gratuite, elle était véritablement gratuite. Et cela, c’est l’œuvre du PDCI-RDA

Et lorsque nous disons que l’école était gratuite, elle était véritablement gratuite. Lorsque nous disons que la santé était gratuite, elle était véritablement gratuite. Et cela, c’est l’œuvre du PDCI-RDA, c’est l’œuvre de nos prédécesseurs avec à leur tête le président Houphouët-Boigny et son équipe, pour chef de file, le Président Henri Konan Bédié. Son sens du sacrifice est connu de tous. Il a vécu un coup d’Etat que nous qualifions tous de stupide. Une crise, et nous le savons, les crises, les guerres constituent un développement à rebours et la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens ont beaucoup perdu. Tous les aînés ici présents, nombreux d’entre vous sont vice-présidents du parti, tous les anciens militants étaient en souffrance. Je voudrais également leur rendre un vibrant hommage. Parce qu’à aucun moment, ils n’ont perdu la flamme. Et si cette flamme est restée allumée, nous avons trouvé, nous, le chemin pour rejoindre le combat pour remettre le PDCI en orbite. Merci, à vous tous, merci pour votre sacrifice, merci pour votre sens élevé de l’Etat.
Bédié à l’origine de la création du RHDP

Le président Henri Konan Bédié est à l’origine de la création du RHDP, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix. Il faut rappeler que c’est ici même à Yamoussoukro qu’il a fait le premier appel. L’appel de Yamoussoukro, demandant de soutenir l’autre candidat du RHDP, le président Alassane Ouattara, à l’élection de 2010. Et la victoire a été éclatante. C’est grâce au PDCI et c’est grâce au président Henri Konan Bédié.

    Sans le PDCI, le RHDP n’est rien! Sans le PDCI, il n’y a pas de RHDP ! Juste après cette victoire contestée, il a fallu rester au Golf

Madame la présidente, vous étiez aux côtés de votre époux durant tout le temps que la crise post-électorale a duré. A aucun moment, vous n’aviez décidé de partir avant bien que vous en aviez la possibilité. Vous êtes restée solidaire, pour légitimer mieux encore la victoire. Par la suite, de 2010 à 2015, le Pdci a joué une solidarité réelle. Dans l’accompagnement du pouvoir, les députés PDCI ont soutenu toutes les lois présentées et tous les programmes présentés. En 2015, il y a l’Appel de Daoukro. Il faut ici rafraîchir des thèmes mémorables. De chaudes discussions avaient lieu au sein du parti si nous devions donner notre soutien à un candidat autre qu’un candidat PDCI. Et c’est pendant ces chaudes discussions que le président Henri Konan Bédié a coupé l’herbe sous le pied de tous et nous a appelés dans le soutien et l’abandon d’une candidature PDCI. Les militants et les organes du parti voulaient mieux négocier l’accompagnement dans le RHDP. Les militants souhaitaient un RHDP plus équitable. Une meilleure redistribution des postes. Seul le président Henri Konan Bédié pouvait imposer son choix au parti et le parti l’assumait.
Présentez un candidat du Pdci-Rda à l’élection présidentielle de 2020

L’Appel de Daoukro a mis fin une fois de plus au débat. Mais dans son appel, il a clairement précisé « étant bien entendu que l’alternance jouera en 2020. » Lorsqu’il a ouvert les sessions de travail du Secrétariat exécutif en 2017, il nous a donné une feuille de route claire : organisez le parti de  sorte que nous présentions un candidat du Pdci-Rda à l’élection présidentielle de 2020. La feuille de route nous a été donnée clairement. Certains ont douté et nous sommes arrivés à l’anniversaire de l’Appel de Daoukro. Mais si nous fêtons un anniversaire de l’Appel de Daoukro, c’est précisément parce que cet appel était important mais c’est surtout parce qu’il appelait à l’alternance en 2020.

Et qui d’autre que le PDCI et son président peuvent parler d’alternance ? Quand le président Bédié parle d’alternance après avoir donné son soutien, il ne peut parler d’alternance qu’au profit et au profit seul du PDCI-RDA. Lors de cet anniversaire, il a réitéré ces propos et il a ajouté je bloque ces mots. Les mots sont bloqués, la feuille de route est claire, la carte de la Côte d’Ivoire est connue et nous allons la parcourir pour vous présenter un candidat en 2020. Qui, ni personne ne déviera de cette trajectoire. Que les militants ne se laissent pas distraire. Vous pouvez entendre des débats par-ci, par-là. Il est question éventuellement du parti unifié. Mais la position du président Henri Konan Bédié est claire : si parti unifié il doit y avoir ça sera après l’alternance. Et il ajoute : si les partis composant le RHDP, au sein de ces partis les esprits évoluent et que chacun accepte d’abandonner son identité propre alors nous pourrons aller au parti unifié. Mais pour l’instant, il est hors de question que le PDCI se fédère. Voilà la position du Président Henri Konan Bédié.
« Nous ne sommes pas des torpilleurs »

Certains d’entre nous nous qualifieraient de torpilleurs du parti unifié ou du RHDP. Nous ne sommes pas des torpilleurs. D’ailleurs le PDCI, nous ne prenons pas les armes lourdes encore moins les torpilles. Nous sommes un parti de paix, un parti de développement, un parti d’unité, un parti de dialogue, tout s’obtient par le dialogue. Certains nous disent il n’y a pas eu de promesse, soit, quelle que soit la position que l’on peut avoir, le président Henri Konan Bédié a démontré qu’il était un homme de paix en faisant de nombreux sacrifices, en demandant au PDCI de faire de nombreux sacrifices. Madame Henriette Konan Bédié, vous avez fait de nombreux sacrifices. Mais le temps des sacrifices est terminé. Nous attendons de nos partenaires le même sens du sacrifice que le PDCI a eu. Nous attendons de nos partenaires qu’ils nous soutiennent en 2020 comme nous avons su les soutenir en 2010 et en 2015. C’est cela la solidarité et c’est cela l’houphouëtisme vrai.

    Le PDCI a son premier militant, le président Henri Konan Bédié, fortement enraciné dans le pays et nous suivons sa feuille de route et nous travaillons dans le sens qu’il nous a donné, à savoir organiser le parti pour accéder au pouvoir d’Etat en 2020.

Le PDCI travaille d’arrache-pied pour 2020

Chers militants du PDCI-RDA, votre parti travaille d’arrache-pied, en ce moment, pour 2020. En  2020, une équipe, avec des militants actifs, sera candidat pour la paix et la cohésion sociale, pour la justice et l’équité, pour la raison et l’espoir, pour tout simplement un retour vers le futur. Donner aux Ivoiriens le progrès pour tous et le bonheur pour chacun. Ce programme a été interrompu il y a quelques années par un coup d’Etat. Pour les Ivoiriens qui ont vécu la crise, pour les Ivoiriens qui ont connu la Côte d’Ivoire d’Houphouët Boigny, ils savent qu’il est possible de retrouver cette paix, cette harmonie sociale, cette équité, que tous les palabres politiques peuvent se résoudre par le dialogue. Ce que le père de la nation, le président Félix Houphouët Boigny, nous a enseignés, pour dire à tous les militants ici rassemblés, que le Président Henri Konan Bédié nous conduira vers ce développement harmonieux que nous attendons tous.
Madame la présidente, notre Biche royale

Madame la présidente, notre Biche royale, rassurez votre époux, notre président, notre tonton, notre père, notre guide aujourd’hui au niveau du PDCI. Ses chevaliers sont fin prêts ! Ses chevaliers sont fin prêts et vous trouverez le PDCI en 2020. Tous les militants sont fin prêts, le Secrétaire exécutif en chef n’a jamais dévié de cette trajectoire. Il nous le répète sans cesse et sans relâche. Les travaux s’enchaînent au niveau du Secrétariat. Nous serons prêts, madame la présidente, pour 2020, pour les Ivoiriens, pour la Côte d’Ivoire.

    Et que nos partenaires au sein du RHDP ne s’inquiètent pas, le PDCI est un parti inclusif. Au départ, vous êtes tous partis du PDCI. Le PDCI conservera son nom.

On n’a jamais vu un enfant demander au père de prendre le nom de l’enfant. Le PDCI est le parti père, que les enfants rejoignent le PDCI. Et ensemble, nous allons bâtir cette Côte d’Ivoire plus harmonieuse. Lire la suite