Log in

Côte d’Ivoire: Un « miracle » économique qui ne profite toujours pas à tout le monde

La Côte d’Ivoire affiche depuis 2012 le taux de croissance le plus élevé du continent : entre 8 et 9 % par an.

Et tout laisse penser que ça pourrait durer. Premier producteur mondial de cacao, à la première place financière d’Afrique de l’Ouest, favorisé par la normalisation du contexte politique et la stabilité de sa monnaie, le pays attire les investisseurs.

Reste que les retombées économiques et sociales de cette embellie apparaissent pour le moment très limitées pour une frange importante de la population. “Entre 2008 et 2015, le taux de pauvreté n’a que faiblement reculé, passant de 48,9 à 46,2 %. La question se pose alors avec acuité : la croissance ivoirienne bénéficie-t-elle à tous ?” écrit Sophia Skrzypec, analyste d’investissements, dans le quotidien Le Temps.

Les priorités absolues : éducation et formation

Étant donné l’explosion démographique que connaît la Côte d’Ivoire, Sophia Skrzypec dresse la liste des chantiers prioritaires : éducation et formation, développement des infrastructures et de la microfinance, diversification urgente de la production (le cours du cacao a chuté de 30 % en 2016).

“La Côte d’Ivoire doit relever des défis importants pour créer les conditions d’une transformation économique et sociale”, écrit l’auteure, qui affiche néanmoins un certain optimisme : “Les jalons posés sont à même de favoriser une croissance plus inclusive, à condition que ces défis soient relevés.”

.courrierinternational