Log in

Après Michel Gueu, Bédié frappe un autre grand coup dans l’armée, un autre général 4 étoiles recruté

A 11 mois de l’élection présidentielle de 2020, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié dit HKB, s’est lancé dans la mobilisation de ses troupes, d’anciens hauts gradés militaires admis à la retraite.

Ainsi après avoir enrôlé feu le général Tiapé Kassaraté Édouard, ex-commandant supérieur de la gendarmerie nationale, puis, à la surprise générale, Michel Gueu, ancien ministre des Sports et Chef d’état-major particulier du président de la République, Alassane Ouattara et ex-Président du conseil d’administration (Pca) de Côte d’Ivoire Telecom, HKB vient de frapper un autre grand coup dans la hiérarchie des Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci).

Un général 4 étoiles à la retraite, dont nous taisons pour l’heure le nom, se tient à la porte d’entrée du parti de Bédié. Selon notre source, ce général de 67 ans, admis à la retraite, « va incessamment intégrer officiellement le Pdci ». «Tout est bouclé. Il va prendre officiellement sa carte et devrait être nommé vice-président du parti. Il a dit que le Pdci, c’est le parti de son cœur et que Bédié incarne le mieux, les valeurs de l’houphouétisme », nous a informé notre interlocuteur.
La prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire s’annonce extrêmement serrée. L’éventualité des candidatures d’Alassane Ouattara, de Henri Konan Bédié et de Laurent Gbagbo donne déjà de l’appétence à ces élections.

En visite d’État dans la région du Hambol, du 27 au 30 novembre 2019, Alassane Ouattara, à l’étape de Dabakala, a assuré que tous les candidats à la présidentielle de 2020 pourront se présenter « sans exception », ajoutant que le temps des exclusions des candidats est « passé ».  « Comme en 2015, ces élections seront libres, transparentes et démocratiques, tous ceux qui voudront être candidats pourront se présenter, tous sans exception. Je veux qu’on sache que le temps d’exclusion des candidats est derrière nous, c’était du passé, cela n’était pas la démocratie », avait-il déclaré. Pour lui, il faut faire en sorte que les Ivoiriens choisissent librement leurs candidats au sein des partis et les candidats indépendants, qui vont s’affronter le 31 octobre 2020. Puis, le chef de l’État a indiqué avoir fait « un bon rêve » sur la présidentielle tout en souhaitant que cela soit une réalité.

Mais, le ton, plus ou moins conciliant et rassurant de son discours de Dabakala, a viré au vert, lors du meeting de clôture de Katiola, samedi 27 novembre, au stade Ouattara Thomas d’Aquin. Il a notamment annoncé qu’il sera candidat à la présidentielle de 2020 si tous ceux de sa génération décident d'être candidats à cette élection. Allusion faite à Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo…  « Mon intention, c'est bien de transférer le pouvoir à une nouvelle génération. Mais je veux que tous ceux de ma génération comprennent que notre temps est passé et que nous devons nous mettre de côté. Alors, si eux, ils décident d'être candidats, alors je serai candidat », a-t-il déclaré.  « Je sais que nos concitoyens ont de la mémoire. C'est trop facile d'avoir fait ce que certains ont fait et de penser qu'ils peuvent revenir faire la même chose. La Côte d'Ivoire appartient aux prochaines générations. Mais, comme je vois des hésitations au niveau de certains de ma génération, c'est pour ça, je n'ai pas encore annoncé ma décision », a justifié le n°1 ivoirien. Il s’est gardé de citer nommément Henri Konan Bédié, président du Pdci et Laurent Gbagbo, ancien chef de l’État assigné en résidence en Belgique après son acquittement par la Cour pénale internationale (Cpi).

Auparavant, face aux élus, cadres et chefs traditionnels du Hambol, lors de l’audience qu’il leur a accordée à la résidence présidentielle de Katiola, le 28 novembre 2019, Alassane Ouattara a proposé que le cautionnement à l’élection présidentielle de 2020 de 20 millions de F Cfa passe à 100 millions de F Cfa.  Une manière pour lui de filtrer les candidatures pour en écarter les fantaisistes. « Je pense qu’il faudra mettre la caution au minimum à 100 millions de F Cfa et le système de parrainage des candidats. Parce que si on veut être président de la République, on peut, au moins, sortir 100 millions de F Cfa pour sa campagne », a indiqué Alassane Ouattara. « J’espère qu’avec le temps, nous aurons tout simplement 2 ou 3 candidats pour les élections présidentielles. Ce qui permettrait d’avoir un temps de débats ; un temps de présentation des programmes et permettre aux Ivoiriens de choisir en toute connaissance de cause », avait-il ajouté, n’écartant pas une retouche de la Constitution. « Il y a des retouches à faire pour améliorer la Constitution. Mais ce n’est pas pour éliminer qui que ce soit » a-t-il assuré.

Le recrutement des grandes figures de l’armée ivoirienne, s’il n’est pas un appel au ralliement des militaires à la cause de son parti, se veut un message fort à leur endroit.

Dernière modification le vendredi, 06 décembre 2019 12:02