Log in

Côte d'Ivoire : Découvrez qui est Maman Pauline , la bergère de la communauté catholique Maria Rosa Mystica

  • Ecrit par africa.la-croix.com
  • Publié dans Côte d'Ivoire

Jeudi 11 avril, invitée sur la première chaîne de télévision ivoirienne, Adjoua, une « disciple » de la « bergère » « Maman Pauline », responsable d’un groupe de prière catholique, a fait sensation.


Elle a affirmé que « Maman Pauline est Dieu » et a quitté le plateau quand l’animatrice, Caroline Da Sylva, a voulu la recadrer.
Depuis, la polémique ne cesse d’enfler sur les réseaux sociaux.


Depuis l’après-midi du jeudi 11 avril, sur les réseaux sociaux ivoiriens, on ne parle plus que de « Maman Pauline » et de sa disciple Adjoua qui la prend pour Dieu.
L’histoire s’est déroulée pendant la diffusion en direct de l’émission C’midi de la RTI1, la première chaîne de télévision ivoirienne. Invitée, une certaine Adjoua livre son témoignage de conversion. Se disant « ancienne sorcière», elle prétend avoir « tué » des dizaines de personnes avant sa conversion. Elle dit même avoir participé à la crise post-électorale 2010-2011 en envoûtant les protagonistes pour les pousser à s’entre-tuer. Elle ajoute avoir été « délivrée » par « Maman Pauline », responsable de la communauté Maria Rosa Mystica, un groupe de prière catholique controversé exerçant dans le diocèse de Yopougon. Pour elle, Maman Pauline est Dieu et elle aurait sauvé la Côte d’Ivoire par sa lumière. Recadrée par l’animatrice de l’émission, Caroline Da Sylva, elle quitte le plateau de la RTI1, furieuse.


Entre railleries et indignation


Entre railleries et indignation, les internautes, notamment ceux du groupe Observatoire démocratique de Côte d’Ivoire (ODCI) – qui compte près de 300 000 abonnés – se sont saisis de l’histoire. De leur côté, de nombreux catholiques, prêtres et laïcs ont exprimé leur incompréhension. Le père Marius Hervé Djadji, prêtre du diocèse de Yopougon et spécialiste en théologie dogmatique a, par exemple, fait par part de sa désapprobation : « Si cette ’maman Pauline’ est chrétienne catholique, humblement elle doit réagir pour dénoncer cette hérésie. Si elle garde le silence, elle soutient cette hérésie. » Il va plus loin en demandant aux catholiques de ne plus fréquenter le lieu de prière incriminé situé à dans la commune de Yopougon. « J’invite les catholiques qui fréquentent cette dame à ne plus participer à ses séances de prière parce que par votre présence vous remettez en cause votre profession de foi en la Trinité, écrit-il sur la page du groupe « Communauté catholique » qui revendique près de 300 000 abonnés sur Facebook. Méfiez-vous des ’mamans’ et ’papas’ qui utilisent le titre de catholique et qui pullulent dans les quartiers ».


Pour sa part Yannick Kouamé, laïc catholique de Yopougon, estime que les autorités diocésaines devraient s’expliquer. « C’est quand même grave et cela en dit long sur l’endoctrinement dans certains groupes de prière. La situation ressemble dangereusement à celle de la Béninoise Parfaite qui se prend pour Dieu et qui a fini par créer son Église schismatique. Il faut que le diocèse de Yopougon s’exprime clairement et fermement pour que l’Église ne soit pas encore ridiculisée ».

 


Qui est Maman Pauline ?


La bergère Pauline – reconnaissable par ses longues robes souvent blanches et sa couronne – est la responsable de la communauté catholique « Maria Rosa Mystica » dans la commune de Yopougon et qui existe depuis 2002. Elle tient ses prières publiques les mercredis et les vendredis. « Maman Pauline » est aussi membre de la Coordination diocésaine des communautés nouvelles de Yopougon qui est sous la responsabilité de la Direction diocésaine des œuvres de Yopougon.
À cette communauté est liée une fondation « Maria Rosa Mystica » créée par un « disciple » de Maman « Pauline », Lucien Kouassi Kouadio. La première pierre de cette fondation – qui fait de l’humanitaire et qui sera composée d’un sanctuaire, d’un hôpital, d’une école et d’un centre de formation – a été posée par le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse, le dimanche 8 avril 2018.
La communauté Maria Rosa Mystica est, par ailleurs, connue pour ses pratiques controversées, notamment les bains de purification du corps dans une « piscine » et ses rituels de délivrance.
Lucie Sarr