Log in

Affi N’Guessan : « Ce que Gbagbo m’a fait est regrettable ... »

  • Ecrit par Linfodrome
  • Publié dans Côte d'Ivoire

En conférence de presse, samedi 23 mars 2019, Pascal Affi N’guessan ; président légalement reconnu du Front populaire ivoirien est revenu sur « le  regrettable incident» de son rendez-vous manqué, avec l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo à Bruxelles.



 

 ‘’Le lion du Moronou’’ est apparu très remonté contre ce qu’il a qualifié d’une tentative d’ « assassinat politique ». A l'écouter, il aurait été plus raisonnable pour son mentor Laurent Gbagbo,  de lui signifier de vive voix son désir de reprendre la tête du Front Populaire Ivoirien (FPI). « J’ai déjà dit ici publiquement à la sortie de prison de Gbagbo et que si il souhaitait prendre la tête du FPI, je le lui donnerai », a confié le député de Bongouanou. « Je ne comprends donc pas pourquoi on veut m’humilier, me rabaisser en me demandant de faire une déclaration si ça n’a pas d’autres objectifs que de m’assassiner politiquement (...) », a-t-il dénoncé.

Pascal Affi Nguessan estime pour autant être prêt à «tous les sacrifices nécessaires pour l’unité du FPI », à la seule condition que cela se fasse « dans le respect de la dignité ».

Qualifiant de regrettable l’attitude de l’ancien président ivoirien, l'ancien Premier ministre, a réitéré sa volonté de maintenir le dialogue, avec son nouveau "rival"dans la bataille pour le contrôle du parti leader de la gauche ivoirienne. « Ce que Gbagbo m’a fait à Paris ce mercredi est regrettable. Il ne peut pas me faire ça après tout ce que j’ai fait pour lui et ce qu’il a fait pour moi. Je ne mérite pas ce traitement. J’ai été son ministre, son premier ministre, son directeur de campagne, son porte-parole. Il m’a fait, je l’ai aussi fait ( ...). De ce fait, je suis prêt à parler avec Gbagbo pour qu’on règle ce problème. Si je dialogue avec ceux qui m’ont jeté en prison et qui nous ont fait faire des pompes, ce n’est pas avec Gbagbo que je ne dialoguerai pas. Mais je préfère cette fois que ce soit dans un autre contexte puisqu’il n’est plus arbitre mais acteur », a-t-il indiqué.

Pour rappel, une crise aiguë secoue le FPI depuis bientôt 5ans, créant ainsi un bicéphalisme à la tête du ''parti à la rose''. Les nombreuses tractations  en vue de réconcilier les deux factions de cette formation politique ont toutes échouées. la dernière en date, la plus attendue,  est celle du jeudi 21 mars dernier.