Log in

Guillaume Soro : « Il y a beaucoup au RHDP qui venaient dans mon bureau pour me dire qu’Alassane ...»

  • Ecrit par Ivoiresoir
  • Publié dans Côte d'Ivoire

En recevant, mardi 12 mars 2019, les populations du Haut-Sassandra (Daloa), d’où est originaire son épouse, l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a jeté un pavé dans la mare en révélant, d’après lui, des propos que lui auraient tenu des cadres du RHDP sur la nationalité d’Alassane Ouattara.

Un débat qu’IvoireSoir.net a toujours qualifié de futile. Cependant, nous vous proposons de larges extraits de l’intervention de Guillaume Soro, au nom du droit du public à l’information, afin que que chacun établisse sa propre opinion.

« Il y a beaucoup au RHDP qui venaient dans mon bureau pour me dire qu’Alassane n’est pas Ivoirien »On doit faire un vrai processus de réconciliation, laissez les gens exprimer leur douleur et leur demander pardon. Il y a une deuxième raison pour laquelle je demande pardon. Je ne savais pas qu’en 2019, on pouvait mettre un député, pour un tweet, en prison.  Je vous demande pardon. Non, je ne savais pas ça. 2019, tu fais tweet, on te met en prison. Ah, vraiment pardon. Quand j’ai vu Alain Lobognon, j’ai dit « yako ». Pardon, ce n’est pas bien.

Et il y a des gens qui sont contents. Et puis, les gens qui sont en prison, libérons-les et puis on fait un bon processus de réconciliation. Parce que je ne comprends pas. J’avoue, Roger, que je ne comprends pas. Et puis, ils sont là, je vois qu’ils écrivent : on a chassé Guillaume Soro de l’Assemblée, maintenant, il n’a plus d’argent, il est pauvre, c’est très bien, on est content. Comment l’Africain est ? Ton ami n’a plus d’argent, c’est pourquoi, tu es content.

A lire aussi : Les graves accusations de Soro : « Même des imams sont menacés à Ferké »

C’est quelle mentalité ça ? Alors que vous êtes au pouvoir pour nous rendre riches. Mais plus on devient pauvre, plus vous êtes contents. Cette mentalité-là, je ne la comprends pas.  Ça, c’est mentalité de sorcellerie.  Donc ? On dit : allez regarder dans ses comptes bancaires-là, s’il y a l’argent ou bien quand je m’habille et je ne mets pas de montre, on dit : voilà, il n’a plus d’argent, il a vendu ses montres et puis, ils sont contents.

Non, il y a des choses plus importantes que l’argent. L’argent-là, nous, on a connu aussi. Mais, ce n’est pas ça qui va nous arrêter. L’enseignement qu’on doit donner aux Ivoiriens,  ce n’est pas l’argent. L’enseignement qu’on doit donner aux Ivoiriens, c’est la vertu et les valeurs. Donc, maintenant-là, c’est le règne de l’argent en Côte d’Ivoire. C’est dommage. Alors, j’ai dit qu’il faut aller annoncer aussi que j’ai créé le Comité politique (CP) pour réfléchir pour le moment. Le temps que Roger, vous reveniez de tous les villages du Haut Sassandra, vous allez venir me dire à quelle heure, quel jour, quel moment, vous allez me donner le fauteuil.

Parce que la deuxième région électorale en Côte d’Ivoire après Abidjan, c’est le Haut Sassandra. Si le Haut Sassandra dit je donne le fauteuil à telle personne, le type, il a le fauteuil. Il n’y a même pas de discussions, donc il faut aller sur le terrain. Aujourd’hui, je suis avec les membres du Comité politique, il y a deux enfants de chez vous. On m’a dit que ce sont des gens de conviction. J’ai parlé avec les uns et les autres, ils m’ont donné leurs noms, eux-mêmes, ils sont dans la foule. Ils pensent que je ne les reconnais pas, or je les reconnais.

Ils sont membres du Comité politique. Donc, Daloa est dans le Comité politique. Parce que ce sont vos enfants, natifs.  Je veux parler de Séry Yolande, lève-toi. Haut-Sassandra et je veux parler de Lago Athanase. Voilà, merci. C’est bon que Daloa soit dans le Comité politique. Parce que maintenant là, Roger, il faut que les choses soient claires. Si tu n’as pas semé, tu ne vas pas récolter. Parce qu’il y a des gens qui n’ont pas semé et qui veulent récolter, tu vas récolter quoi ? Alors, quand c’est chaud, c’est dur. C’est Roger, c’est nous tous, on est là et puis quand le fruit est mûr, ils viennent pour essayer de vous bousculer pour aller. Pourquoi ?  Chacun va assumer.

Nous par exemple, on a dit qu’on n’est pas RHDP. Si RHDP gagne, faut pas ils vont nous donner des postes. Mais si nous on gagne, ils vont sauter encore pour dire qu’eux, ils n’étaient pas RHDP. Ça là, nous on connait çà.  Ce que je dis là, je l’ai dit au président Ouattara. Je lui ai dit ton RHDP-là, je ne crois pas en ça, parce que ceux qui sont là-bas, qui disent qu’ils font RHDP avec toi, ils ne sont pas avec toi. Je lui ai dit. J’ai dit, les gens que je vois, ne sont pas avec toi. C’est parce que tu es président de la République, c’est parce que tu peux les nommer, c’est parce que tu peux leur donner de l’argent qu’ils disent qu’ils sont avec toi.


    « Il y a des gens que moi-même je connais, je sais que vraiment, ils ne sont pas avec Alassane. Ils sont dans RHDP là, je sais qu’ils ne sont pas avec Alassane »

Mais, à la première difficulté, c’est eux qui vont venir dire qu’ils t’ont donné tous les conseils, tu n’as pas écouté. Je vous dis, c’est comme ça que ça va se passer. Il y a des gens que moi-même je connais, je sais que vraiment, ils ne sont pas avec Alassane. Ils sont dans RHDP là, je sais qu’ils ne sont pas avec Alassane. Parce que j’ai quand même été Premier ministre pendant 5 ans. Les mêmes gens qui sont dans RHDP là, il y a beaucoup parmi eux, quand je parle là, ils ont peur. Il y a beaucoup parmi eux qui venaient dans mon bureau à la Primature pour me dire qu’Alassane n’est pas Ivoirien.


    « prenez tous mes discours, dans quel discours j’ai insulté Alassane ? Dire que je ne suis pas d’accord n’est pas une injure »

Mais, ils sont dans le RHDP, là-bas. Dès qu’on met la caméra, tu les vois, ils applaudissent, mais ils n’aiment pas Alassane. C’est nous autres là, qui avons   sacrifié 15 ans de notre vie, 20 ans de notre vie pour Alassane.  C’est pourquoi, tout ce qui peut se passer, je me suis interdit de parler de lui. Et de parler de lui dans des circonstances. Parce que quand tu sors d’un mariage difficile, respecte les années de mariage que vous avez eues ensemble. C’est ça qui fait un grand homme. Donc, je me suis interdit personnellement de parler d’Alassane Ouattara.

Mais ceux qui sont là-bas dans le RHDP, je connais plusieurs qui venaient chez moi, insulter Alassane Ouattara. Maintenant, on dit que c’est nous qui insultons Alassane Ouattara. Moi, prenez tous mes discours, dans quel discours j’ai insulté Alassane? Dire que je ne suis pas d’accord n’est pas une injure. Je dis que je ne suis pas d’accord, mais ces pauvres types, ils se cachent toujours derrière Alassane et ils disent : Eh, il a insulté Alassane. Mais toi-même, il faut quitter derrière Alassane et tu viens devant moi, vis-à-vis et on va voir qui est garçon.

Tu te caches derrière Alassane et tu dis, il a insulté Alassane, c’est pourquoi, je suis fâché. Non, toi quitte là-bas, je vais t’insulter toi-même et puis je vais voir ce que tu vas faire. Je me suis interdit de parler du président de la République, parce que je suis républicain et moi-même, j’ai assumé des charges et des fonctions au niveau de l’Etat. Je ne permettrai pas cette inconduite. Mais, je dis que moi, je ne suis pas d’accord et les gens que je vois là-bas, s’ils bavardent encore, je vais dire leurs noms.

Pour dire toi là, tel jour ou tel jour, tu es venu me voir, tu as dit ça et ça d’Alassane. Je ne suis pas allé lui rapporter parce que moi, je ne suis pas rapporteur. Mais si tu viens me dire tu es RHDP, depuis quand tu es RHDP ? Il faut dire que tu es là-bas pour manger. Si tu dis la vérité aux Ivoiriens : chers Ivoiriens je vous aime mais là vraiment, je suis obligé d’aller manger dans le RHDP. Excusez-moi. On peut comprendre, on sait que tu es là-bas pour manger. Vraiment, chers parents, ce genre de politiciens-là, il faut qu’on mette fin à ça. Et le Comité politique est venu pour innover, créer et inventer la politique en Côte d’Ivoire.


    « je suis convaincu qu’avec ce pardon-là, nous allons bâtir une Côte d’Ivoire réconciliée, une Côte d’Ivoire prospère »   

Et très bientôt, vous allez nous voir à l’œuvre en train de travailler… N’ayez aucune crainte, Dieu décidera du destin de chacun. Personne ne peut changer le destin d’un homme que Dieu a lui-même écrit. Donc, s’il est prévu qu’on dirige ce pays, on va le diriger. Les gens auront mal au cœur mais on va le diriger devant eux et ils vont vivre dedans (…) La mission, c’est le pardon, la réconciliation, la paix et je suis convaincu qu’avec ce pardon-là, nous allons bâtir une Côte d’Ivoire réconciliée, une Côte d’Ivoire prospère.