Log in

Après avoir dit répondre à l’appel des populations, Hamed Bakayoko : « C’est Ouattara qui m’envoie à Abobo »

  • Ecrit par Ivoiresoir
  • Publié dans Côte d'Ivoire

Après avoir dit répondre à l’appel des populations, pour le contrôle de la mairie d’Abobo, suite à la nomination d’Adama Toungara, à la Médiature, Hamed Bakayoko avoue : « C’est le président Ouattara qui m’a envoyé ». Hamed Bakayoko mairie d’Abobo.



Le ministre Hamed Bakayoko candidat à la mairie de la commune d’Abobo à travers cette rencontre avec les sages de la commune dit qu’il est l’envoyé du président Ouattara afin de se pencher sur les problème de la commune. Il demande l’union de tous et promet pouvoir peser pour que abobo ait la place qui lui faut.

A lire aussi. Faut-il en rire ou en pleurer ? Un premier ministre et 2 ministres à l’inauguration d’une cuisine à Korhogo

Je ne veux pas être quelqu’un qui va être avec vous par procuration, je veux être au contact, au corps à corps. C’est pourquoi j’ai acheté une maison à Abobo. Il y’a un entrepreneur qui est en train de faire les travaux pour que très rapidement je sois ici. Même si ce n’est pas pour toutes les nuits, mais toute fois que j’ai un peu de temps je sois avec vous pour voir les problèmes moi-même.

Ce n’est pas à quelqu’un de me dire les souffrances d’Abobo ; je parle directement au président et on fera ce qu’il dira de faire et abobo sera content. On le connait ; on sait qu’il va faire quelque chose pour nous tous. Hier j’étais responsable des cadres de Séguéla aujourd’hui je me considère comme responsable des cadres d’Abobo. Abobo, c’est 20 % d’Abidjan et représente 6  % du poids électoral de la Côte d’Ivoire. Lorsqu’on fera les réaménagements ministériels, je demanderai au président où est la place d’Abobo. Il faut qu’on soit nombreux nous les cadres à avoir des situations afin que chacun puisse faire sa part.

    « C’est le président qui m’a envoyé et je lui ai dit :’’ président tu m’envoies mais il faut que tu me donnes les moyens, il faut que tu m’aides pour qu’en cas de problème je ne sois pas seul parce que seul, je ne pourrai pas’’

Il y’a des régions qui ont deux ou trois ministres, cinq ou six directeurs généraux mais ils représentent 0,2 % du poids électoral de la Côte d’Ivoire. Il faut qu’on nous respecte mais je vais peser pour que abobo soit respecté. Je compte sur vous. Je suis au gouvernement ; récemment le ministre de l’intérieur a donné 52 véhicules à la police. Au conseil des ministres je lui ai demandé combien de véhicules étaient prévus pour Abobo.
Hamed Bakayoko mairie d’Abobo : de l’appel des parents à la mission de Ouattara

Lorsqu’on va faire le budget, je vais m’assoir avec celui qui sera nommé afin qu’on mette le dossier d’abobo sur la table pour voir qu’est-ce que le gouvernement doit faire pour  qu’abobo  ait un budget conséquent. La sécurité, je vais gérer ; faites-moi confiance. Abobo sera en paix, chacun va pouvoir se promener tranquillement ; parce que c’est mon travail. Je suis ministre de la défense et je n’ai pas besoin de parler à quelqu’un ; je dois parler à moi-même. Je compte sur vous ; appelez tous vos enfants car ce n’est pas une affaire de parti politique ni de personne mais plutôt une affaire d’opportunité.

C’est le président qui m’a envoyé et je lui ai dit :’’ président tu m’envoies mais il faut que tu me donnes les moyens, il faut que tu m’aides pour qu’en cas de problème je ne sois pas seul parce que seul, je ne pourrai pas’’. Si le gouvernement à quelqu’un et puis on va encore  se battre entre nous ! Est-ce que c’est une affaire de bavardage ? Est-ce que c’est une affaire de promesse ? C’est trop dur donc les enfants qui pensent que c’est un petit jeu, il faut leur demander de se mettre ensemble.

Un jour on m’a appelé du ministère de la sécurité disant que des enfants d’abobo étaient raflés de façon innocente et qu’ils se trouvaient au commissariat central que leurs mamans demandaient pardon. Mais si c’est le maire qui est le ministre il suffit de le rencontrer directement chez lui à la maison et ton problème est réglé ! Ce n’est pas une affaire où il faut se servir d’abobo pour devenir quelqu’un !