Abidjan, le
Rumeurs d'Abidjan sur les réseaux sociaux
L’ACTUALITE EN COTE D’IVOIRE
Treichville : Le festival des grillades tourne au drame (Photo) (16/09/14)           Parti Écologique Côte-d’Ivoire : Le président partage les critiques de Doumbia Major sur le 3e pont (15/09/14)           Enfants esclaves en Côte-d’Ivoire : une cour américaine rétablit une plainte contre Nestlé, ADM et Cargill (15/09/14)           Côte-d’Ivoire : Des enfants victimes d’esclavage domestique et sexuel (Témoignages)           Monde : Le Pape François met en garde contre une Troisième Guerre Mondiale (15/09/14)           Libye : La France appelle à une nouvelle intervention en Libye (15/09/14)           Politique : Une commission électorale « maudite » en Côte d’Ivoire (15/09/14)           FPI : « L’heure n’est plus au militantisme de claviers et de salon » selon des proches d’Affi Nguessan (15/09/14)           Marcory : un français drogué et enlevé (13/09/14)           Côte d’Ivoire : 300.000 FCFA pour sauver un enfant de 5 mois, d'une tumeur (13/09/14)          
ACTUALITE
L’ACTUALITE EN COTE D’IVOIRE Publié le 14 Novembre 2012
Côte d'Ivoire/Simone Gbagbo : Génocide, ce n'est pas trop fort ?

Mardi 13 novembre 2012. Ce jour fera sans doute date dans l’histoire de la Côte d’Ivoire.


Mardi 13 novembre 2012. Ce jour fera sans doute date dans l’histoire de la Côte d’Ivoire pour cette raison : Simone, la grande Simone, la chère et tendre épouse de Laurent Gbagbo dont beaucoup s’accordent à dire qu’elle fut la passionaria de la faune politique ivoirienne durant une bonne vingtaine d’années, cette Simone est entendue par la justice ivoirienne ; face au juge d’instruction, elle doit non seulement répondre des chefs d’accusation dont elle avait déjà connaissance (crimes de sang, atteinte à la sûreté de l’Etat, crimes économiques…), mais aussi s’expliquer sur une nouvelle et très lourde faute dont on l’accuse depuis février 2012 : le crime de génocide. Et ce, au lieu de détention où elle se trouve embastillée et esseulée, Odienné, depuis plus d’une bonne année.

La chose provoquera sans doute des passions, chacun réagissant en fonction de son attachement à un camp ou à un autre… rien que de très normal. Mais toute raison gardée, on se devra d’observer qu’après une crise de la profondeur de celle que connut la Côte d’Ivoire en 2011 et qui se solda par le nombre de victimes que l’on sait, il n’est que très normal que la justice se fasse un honneur de chercher la lumière, la vraie, sur les épisodes douloureux qui faillirent précipiter la nation dans l’abîme et dont elle n’est, de toute évidence, pas remise des séquelles. Cela, personne ne pourra le contester sérieusement.

Des mesures allant dans ce sens furent d’ailleurs prises par le pouvoir en place tous azimuts : Laurent Gbagbo arrêté et interné à Korhogo fut transféré à la Haye, où il attend de comparaître pour la confirmation ou l’infirmation des charges ; des éléphants et pontes du Gbagboland sont mis aux arrêts et attendent de savoir à quelle sauce les nouvelles autorités décideront de les « manger ».

Simone Gbagbo, qui comparaît à présent, a la sulfureuse réputation ( à tort ou à raison) d’être la dame de fer qui conduisit son ex-président de mari à des égarements coupables ; rien que pour cela, beaucoup d’Ivoiriens lui en veulent et souhaitent lui faire rendre gorge ; on dit d’elle qu’elle avait trop d’influence sur Laurent Gbagbo ; qu’elle fut l’un des faucons les plus impitoyables de la galaxie présidentielle, sans compter que son nom ressort dans des dossiers qui sentent le cadavre : affaires des escadrons de la mort, disparition du journaliste franco-canadien Guy André Kieffer… et on en passe.

Soit, la Simone n’était pas angélique, il faut en convenir, mais de là à l’affubler du crime de génocide !... il y a un pas qu’il ne fallait peut-être pas franchir. Pourquoi ? Parce que le concept est tellement chargé émotionnellement que, mal employé ou utilisé à tort, il risque même de produire l’effet contraire du résultat que vise la justice ivoirienne à l’heure actuelle. Dites « génocide » et l’écho vous répond « shoah », « drame arménien » ou « tueries au Rwanda ». Simone, même au faîte de sa puissance et de son influence, a-t-elle pu rééditer ce qui se passa chez ces peuples dans la Côte d’Ivoire que nous connaissons ? Le dire ne signifie pas que l’on s’érige en avocat défenseur de cette femme qui, au temps de sa splendeur, par moments, se montrait intraitable, implacable et impitoyable ; mais il convient de respecter la mesure en toute chose ; et en l’occurrence, la décence commande peut-être que l’on révise à la baisse l’accusation de génocide.

Et ce, d’autant que l’on n’oubliera pas que cette justice des nouvelles autorités ivoiriennes, à ce jour, n’a dans son collimateur que des partisans du président déchu ; cela peut, à la longue, donner la désagréable impression d’une justice des vainqueurs, d’une justice aux ordres qui a pour feuille de route de traquer des sorciers tous embusqués dans le camp adverse, tandis que dans ses propres rangs on ne compte que des anges immaculés. Pour ce qu’il nous a été donné de constater lors de la sanglante crise ivoirienne, il faut, en toute sagesse et honnêteté, le reconnaître : il n’y avait pas (et alors pas du tout) d’un côté, des bons et de l’autre, des mauvais. Alors, dans ce contexte, à quand le jugement des seigneurs de guerre, des com-zones et autres auteurs de crimes bien connus mais toujours présents (certains d’entre eux sont, depuis peu, promus) dans la galaxie ADO ?

Et alors revient, comme une ritournelle, la sempiternelle question de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Oui, elle est nécessaire, mais comment l’obtenir ? Il revient aux gouvernants du jour de trouver sans doute les solutions idoines ; mais d’ores et déjà, il est légitime de penser que ce n’est pas en torpillant sans cesse les vaincus du jour qu’interviendra la paix des cœurs dont ADO s’est cependant fait l’infatigable chantre depuis qu’il a pris les rênes du palais. Il leur faut essayer autre chose ; quelque chose qui vaille plus, qui vaille mieux. Toute vraie réconciliation vaut bien des sacrifices ; faux-fuyants et autres ersatz ne serviront qu’un temps ; juste un petit temps, jamais tout le temps.

 

14
 
SOURCE : L'Observateur Paalga AUTEUR :
   
newsletter-envelope-signup-form
Lire aussi...
   
 
Publicité

Si tu peux marcher, tu peux danser. Si tu peux parler, tu peux chanter...

Bernard Dadier
MODULE SONDAGE

Allez !!! Participez au vote

Selon toi, l'Ebola est il deja en Côte d'Ivoire ?

  • Non

  • Oui

  • Je ne sais pas

  • L'etat nous cache des choses...

  • L'essentiel est de suivre les mesures préventives

AUCUN VOTE POSSIBLE
Publicité

Voici une leçon de grammaire amusante
Voici une leçon de grammaire amusante : Pourquoi, dès que c'est UNE galère, c'est tout de suite au FÉMININ ? LA pluie, LA neige, LA...lire la suite



Rumeurs d’Abidjan.Net © 2012 - Tous droits réservés .
             
COTE D’IVOIRE FOOTBALL ACTUALITE MODE SANTE CONCERTS & SPECIAL NIGHT NOUS REJOINDRE ?
POLITIQUE NEWS BOURSE CULTURE TECHNOLOGIE TOP EVENT FACEBOOK
SOCIETE PHOTOS   MUSIQUE ENVIRONNEMENT PROGRAMMES TWITTER
LE MONDE EN BREF VIDEOS   CINEMA INTERNET   Google+
L’ACTU EN IMAGE CAN 2012   CUISINE      
TITROLOGIE MTN LIGUE 1   LITTERATURE      
  EUROPE